Menu

Etat de Stress Post-Traumatique: Diagnostic, Prise en Charge




Etat de Stress Post-Traumatique: Diagnostic, Prise en Charge

L’ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE : DIAGNOSTIC, PRISE EN CHARGE ET RÉFLEXIONS SUR LES FACTEURS PRÉDICTIFS

 
Dr Sabine Morgan, Psychiatre
  

Préface

Un homme particulièrement anxieux rend visite à un psychiatre :

— Docteur, c’est terrible, toutes les nuits, au fond de ma chambre, je vois un crocodile !
— Ce n’est rien, dit le psychiatre. Vous souffrez d’un état de stress post-traumatique : quand vous étiez enfant, vous avez dû avoir très peur d’un lézard, et aujourd’hui il revient vous hanter la nuit sous une forme terrifiante. Prenez deux de ces cachets tous les soirs et ça passera !

Mais huit jours plus tard, le patient revient :

— Docteur, faites quelque chose, maintenant je vois le crocodile au pied de mon lit !
— Avalez quatre cachets, c’est radical !

Huit jours après :

— Docteur, voilà que le crocodile est chaque nuit dans mon lit, à présent !
— Eh bien, prenez dix cachets !

Et le psy n’entend plus parler de son malade. Deux mois plus tard, par curiosité professionnelle, il téléphone au domicile du patient et le demande.

— Comment ? Mais docteur, vous ne savez donc pas ? Il est mort le mois dernier, mangé par un crocodile !

Cette petite histoire illustre toute la problématique de l’état de stress post-traumatique : pathologie controversée, elle n’est apparue que récemment dans le discours médical. Ni la religion, ni la science, remèdes à tous les maux des hommes, n’ont pu en masquer la manifestation ni en atténuer le sens fondamental.

L’état de stress post-traumatique, domaine nébuleux pour certains, a été décrié, voire banni de toute prise en compte par les somaticiens qui, à une certaine époque, en réfutaient l’existence, expliquant les anomalies constatées par la simulation.

Les psychiatres, dans la mesure où ils intervenaient, essayaient de rétablir un juste équilibre dans la compensation ; mais bien souvent, leur avis était récusé d’office par les compagnies d’assurance ; n’étaient-ils pas trop favorables à la victime ?…

Occasionné par une expérience traumatisante d’une exceptionnelle intensité, l’état de stress post-traumatique s’observe surtout en temps de guerre et lors des grandes catastrophes.

En pratique civile, on peut le voir se développer à la suite d’une agression ou d’un accident, que ceux-ci aient comporté ou non un traumatisme corporel.

Cette révélation inattendue fixe le sujet à l’instant de la surprise, cette rencontre avec la mort l’engage dans une voie obscure ; voilà ce que ce dernier aura du mal à accepter : comment imaginer l’inimaginable ?…

L’état de stress post-traumatique est une affection qui peut être durable et invalidante ; il soulève de difficiles problèmes de thérapeutique et d’indemnisation.

Cette notion ne relève pas d’un simple comportement physiologique et psychologique uniforme, mais implique des résonances et des conséquences variables selon la personnalité antérieure du patient. À cette interface entre le traumatisme et la personnalité se trouve la réaction de l’individu.

C’est l’expérience vécue de l’événement qui est le point central de processus pathologiques.

“Memento mori”, souviens-toi que tu es mortel, disaient les Anciens.

Cette situation particulière est provoquée par la nature externe de la pathologie entraînée par le traumatisme qui constitue alors un choc dont la cause implique très souvent la notion de responsabilité.

Accident du travail, de la route, catastrophe naturelle, violence d’un tiers, acte auto-agressif, accident lié au sport ou à la guerre, cet événement très précis vient perturber la vie d’un être humain, lequel aura à faire face à l’événement traumatique lui-même et aux conséquences de celui-ci sur son corps.

Ces traumatismes doivent pourtant déclencher une prise en charge globale qui ne peut s’arrêter à l’acte initial qui sauve, mais bien s’étendre à la longue progression de la rééducation et de la réadaptation du blessé. Lui sera-t-il vraiment possible de guérir du traumatisme, ou faudra-t-il l’aider à surmonter ce qui ne sera plus jamais ad integrum ?

Gardons à l’esprit que soigner n’est pas obligatoirement guérir, mais c’est toujours écouter, traiter, aider le patient ; puis ce sera aussi compenser le préjudice subi depuis qu’il est devenu naturel de rechercher systématiquement des responsabilités à un accident et d’en assumer les conséquences.

L’ouvrage de Sabine Morgan a le mérite de décrire cette pathologie de manière très didactique, et est illustré par de nombreux exemples cliniques. Il fait le point sur une pathologie pas toujours diagnostiquée, et encore moins prise en charge de manière adaptée. L’état de stress post-traumatique demeure un mythe pour certains, une réalité pour d’autres. Après tout, quelle importance : notre rôle de soignant n’est-il pas avant tout de venir en aide à ceux qui souffrent ?

Jérôme Palazzolo

Introduction

Le traumatisme psychique est un phénomène d’effraction du psychisme et de débordement de ses défenses par les excitations violentes afférentes à la survenue d’un événement stressant ou menaçant pour la vie ou l’intégrité physique et/ou psychique d’un individu qui y est confronté. Il donne lieu subjectivement à une expérience vécue d’effroi, d’horreur et d’absence de secours. Dans les suites immédiates de la confrontation à une situation de « catastrophe », le sujet peut développer un état de stress aigu, réaction bio-physiopsychologique immédiate d’alarme et de défense. Certaines personnes présenteront par la suite un état de stress posttraumatique, d’autres non.

Dans un premier temps, nous exposerons des cas cliniques que nous avons rencontrés dans le cadre de notre pratique clinique.

Ensuite, nous aborderons les aspects historiques, épidémiologiques, psychopathologiques, neurobiologiques, cliniques et thérapeutiques de l’état de stress post-traumatique.
Enfin, nous évoquerons la relation entre un événement causal et l’apparition d’un état de stress post-traumatique avec les aspects médico-juridiques puis discuterons des éléments de vulnérabilité du sujet pour ce trouble.

L’état de stress post-traumatique : qu’est-ce que c’est ?
hypnoses.info


Etat de Stress Post-Traumatique: Diagnostic, Prise en Charge

Sabine Morgan que vous pouvez retrouver sur fr.linkedin.com/pub/sabine-morgan/45/903/627 est médecin psychiatre à Cannes. Elle est plus particulièrement spécialisée dans la prise en charge des personnes souffrant d'état de stress post-traumatique et de troubles de l'humeur.

Pour acheter cet ouvrage...

Consulter la table des matière sur du livre sur hypnoses.info



Laurent GROSS
Président du CHTIP, hypnothérapeute, Kinésithérapeute, Psychothérapeute. Rédacteur en chef. En savoir plus sur cet auteur

Rédigé le 13/11/2015 à 01:19 | Lu 494 fois modifié le 24/11/2015





Nouveau commentaire :

Revue Hypnose & Thérapies Brèves | Livres en Hypnose et Thérapies Brèves | Congrès & Formations en Hypnose | Hypnose dans l'e-media




Suivez-nous
Twitter
Pinterest
Facebook
Google+



Agenda Formation
Paris: Le Collège d'Hypnose de Paris assure les Formations en Thérapies Brèves Orientées Solutions, EMDR-IMO, Hypnose Ericksonienne & Kinésithérapie