Menu
Hypnose dans l'e-Media. De l'hypnose médicale, l'EMDR IMO et les thérapies brèves sur Paris, Marseille, et le reste de la France

Hypnose dans l'e-media


Hypnose dans l'e-media


La jeune fille anorexique. De la chrysalide au papillon. Dr Bruno DUBOS




Plusieurs années de prise en charge de patientes anorexiques ont conduit l’auteur à vouloir rendre compte d’une approche thérapeutique intégrant l’hypnose de Milton Erickson, les thérapies stratégiques et l’approche systémique.

Les enjeux thérapeutiques et les stratégies qui en découlent ne sont pas toujours la ou nous les attendons, elles seront développées par l’auteur.

Pour compléter, les premières lignes de son intervention....

Le travail avec les patientes anorexique reste pour les thérapeutes difficile et souvent décourageant devant les résistances des patientes, les rechutes nombreuses, voir les échecs.
Les réflexions qui vont suivre sont les fruits d’une dizaine d’années de recherche en prenant en compte les réussites et les échecs lors du travail avec l’hypnose.
Si très vite nous avons pressenti la grande utilité de l’hypnose au coté des autres formes de thérapies proposées pour ces patientes, la place de la vidéo dans notre pratique quotidienne nous fut d’une grande aide.

OBSERVER LA JEUNE ANOREXIQUE

Le thérapeute est confronté dans la relation avec ces jeunes filles et leurs familles à des processus que nous connaissons bien lorsque nous travaillons avec l’hypnose : 

La focalisation de l’attention.
La confusion.

La gravité de la situation, le caractère d’urgence, la pression familiale ou médicale, l’aspect parfois inquiétant ou très déstabilisant de ces patientes focalise notre attention, réduisant notre capacité à prendre en compte le problème de façon globale et simple, la ou peut se développer notre créativité thérapeutique.

Nous avons appris à écouter.
Nous avons été, dans notre formation à la psychologie, entraînés à cela.
Nous avons appris pendant toutes ces années de travail avec nos patientes, que l’écoute attentive des jeunes filles anorexiques et de leurs familles nous entraîne inexorablement dans leur complexité et dans leur propre confusion.
Elles construisent, à travers leur « orientation à la réalité », une définition de leur histoire, les causes de leur problème, font beaucoup cas de leurs « états d’âmes », de leurs idées noires ou suicidaires parfois, des conflits avec leurs parents, de leur obsession de la maigreur etc.

Cela, repris par les médias et la littérature, semble avoir permis la suggestion pour nous, thérapeutes, que l’anorexie est un problème complexe, chronique, et selon un principe fondamental en psychologie, que chaque cas est particulier et unique.
« Cette thérapie va être difficile et ardus, elle va durer longtemps, nous ne sommes pas au bout de nos peines etc. ».

L’étude des bandes vidéo a mis en évidence que nous perdons trop souvent de vue un des fondamentaux du travail avec l’hypnose

L’OBSERVATION.

Avant même d’écouter la patiente et sa famille, il convient avant tout d’observer en devenant momentanément « sourd »….. Et ce, dés la prise de contact dans la salle d’attente.

L’aspect général de la jeune anorexique.

Toutes ces patientes ne nous donnent pas la même impression au moment du premier contact visuel.
D’une façon schématique, certaines d’entre elles sont très en retrait, fermées au contact, d’autres au contraire sont souriantes et plutôt avenantes.

Elles peuvent être habillées avec des vêtements simples très près du corps, sans recherche vestimentaire, sans maquillage. D’autres ont déjà tous les attributs de la féminité ou sont habillées avec des vêtements larges qui cachent leurs formes, ce que nous appelons : « Les tenues de camouflage »

Il convient d’être attentif à leur physionomie :
Certaines jeunes filles n’ont aucunes formes, pas de hanches, pas de poitrine, pas de fesses.

D’autres, au contraire, même si elles sont trop maigres, gardent d’une façon étonnante et presque sélective, des formes très féminines, la silhouette est bien marquée, les seins sont bien présents et le visage semble épargné par l’amaigrissement.
Ces attributs féminins se retrouvent dans leur démarche.

Certaines anorexiques en revanche sont « raides » avec le bassin bloqué leur donnant une démarche très particulière « à petit pas », alors que d’autres à l’inverse, ont gardé une très bonne mobilité des hanches leur donnant une démarche féminine.

Le contact avec le thérapeute.

Nous attachons beaucoup d’importance à cette notion car elle détermine en partie l’approche relationnelle pour le travail avec l’hypnose.

Certaines anorexiques restent très à distance. Le contact physique (tendre la main pour dire bonjour par exemple) est très difficile voir impossible. Leur distance relationnelle est très grande.

D’autres, à l’inverse, sont en grande proximité, elles se laissent facilement approcher et peuvent même parfois être d’emblée dans une relation de séduction.

Observer les dissociations

Toutes ces jeunes filles, quelque soit l’étape du processus anorexique, sont dans un état de dissociation qui s’inscrit à plusieurs niveaux :

_ Le plus évident est la dissociation entre l’esprit d’un coté qui reste vif et le corps qui reste absent des préoccupations ou qui est au contraire rejeté car trop gros.
Il existe classiquement un surinvestissement des fonctions intellectuelles sauf dans les cas de dénutrition majeure.
Nous avons déjà signalé combien ces jeunes filles, dans la relation thérapeutique, insistent sur leurs « états d’âme », sur leurs préoccupations « intellectualisées » autour de leur poids, de la relation aux parents etc.

_ Il existe d’autres niveaux de dissociation qu’il convient d’observer attentivement car ils pèsent sur les stratégies thérapeutiques.
D’une façon ordinaire, nous pouvons considérer que les sensations corporelles (surface de la peau, sensation interne de chaleur ou de froid) sont comme « accrochées » à des réponses émotionnelles accompagnées d’un vécu agréable ou désagréable.

Chez ces jeunes filles, il est remarquable de constater, pour peu que nous prenions le temps de l’explorer, qu’il existe des zones de la surface du corps qui, soit ne déclenchent aucun ressenti, comme si ces endroits étaient « anesthésiés », soit provoque un ressenti très nettement agréable ou franchement désagréable.

Il est fréquent, dés que le lien thérapeutique est installé, de demander à ces jeunes filles de « tester » leurs sensations avec de l’eau chaude lors de la douche et d’établir une carte détaillée de la surface de leur corps en relevant les zones neutres, agréables ou désagréables.
Au delà de l’intérêt immédiatement thérapeutique d’aider ces patientes à ce recentrer sur leur corps, ces cartographies se sont avérée être toutes semblables qui correspond à la physionomie de ces jeunes filles :
Les anorexiques sans aucune féminité sont le plus souvent anesthésiées sur une grande partie de leur corps avec parfois quelques sensations désagréables sur les zones sexuelles (seins, hanches, pubis, intérieurs des cuisses).

Les jeunes filles anorexiques à la féminité plus affirmée sont beaucoup plus rarement anesthésiées. Il existe des sensations très agréables sur toutes les zones non connotées sexuellement, ces dernières donnant des sensations franchement désagréables.

Pour lire la suite, abonnez-vous à la Revue Hypnose et Thérapies Brèves

 



Laurent GROSS
Président du CHTIP, hypnothérapeute, Kinésithérapeute, Psychothérapeute. Rédacteur en chef. En savoir plus sur cet auteur

Rédigé le 13/11/2015 à 00:58 | Lu 407 fois modifié le 25/11/2015





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Février 2017 - 17:05 Hypnose, médecine générale, sommeil

Jeudi 10 Novembre 2016 - 17:23 Hypnose, Science et Recherche

Revue Hypnose & Thérapies Brèves | Livres en Hypnose et Thérapies Brèves | Congrès & Formations en Hypnose | Hypnose dans l'e-media




Suivez-nous
Twitter
Pinterest
Facebook
Google+